Actualités Cyrval

Conseil - 25/10/2019 Gérer et extraire un rendement de patrimoine parait aujourd’hui une opération complexe. Nous constatons aujourd’hui une faible rentabilité sur les produits financiers, cela est dû aux baisses importantes des taux d’intérêts qui nous conduisent actuellement dans une situation sans précèdent. La position de l’emprunteur est beaucoup plus confortable...

Conseil - 29/04/2019 - Pauline DESROCHES

La fin d'année 2018 a été marquée par une importante volatilité du marché financier. Après neuf mois de prospérité, les places boursières n'ont cessé de chuter jusqu'à atteindre leur plus bas niveau en fin d'année. Cette baisse brutale est la conséquence d'investisseurs frileux face à un contexte géopolitique tendu entre la Chine et l'Amérique. ​Faut-il pour autant tourner le dos au marché financier ? Certainement pas. En effet, nous constatons depuis le début de l'année 2019 un regain du marché financier malgré la constance des relations tendues qu'entretiennent la Chine et l'Amérique. ​Pour autant, il convient de tirer les leçons de cet épisode boursier : "il ne faut pas mettre tous nos œufs dans le même panier".

BOURSORAMA - 09 avril 2019

Bien que l'année 2018 soit une année blanche du fait de la mise en place de l'impôt à la source, cela ne vous exonère pas d'effectuer votre déclaration de revenus 2018. Celle-ci servira de base pour recalculer votre taux de prélèvement à la source ou le taux d'imposition de vos revenus exceptionnels 2018. Les points d'attention, le calendrier et le barème. Conséquence de la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source, les revenus récurrents perçus en 2018 ne seront pas imposés. Depuis janvier 2019, les revenus des contribuables sont directement ponctionnés à la source. Pour autant, vous devrez quand même effectuer votre déclaration sur les revenus 2018.

LA FINANCIERE DE L'ECHIQUIER - 14 janvier 2019 - Didier LE MENESTREL

  Soyons clairs, 2018 a été une année boursière calamiteuse ! Une année difficile en réalité pour toutes les classes d’actifs liquides qui ont fini par ployer sous les différentes menaces (guerre commerciale sino-américaine, fin du quantitative easing de la Fed, volatilité des prix du brut, montée du populisme) qui ont attaqué le moral des investisseurs au fil des mois. Même les traditionnelles « valeurs refuge » n’ont pas assumé leur rôle et l’or abandonne 1,6% (en dollar) tandis que  les emprunts d’Etat européens et américains peinent à rémunérer leurs prêteurs.