Author: Cyrval

 

Lettre de conjoncture - Cyril Cabanel - Mars 2022

Comme vous pourrez le constater dans les situations annuelles, l’année 2021 aura été de très bonne facture pour l’ensemble des portefeuilles. Le début d’année 2022 confirmait cette bonne santé sur la plupart des classes d’actifs, et notamment les marchés actions… Cependant, à l'heure où nous écrivons ces lignes, ces mêmes marchés réagissent violemment aux évènements en Ukraine. Les craintes d’une opération militaire d’envergure de la Russie contre l’Ukraine se sont concrétisées. Ainsi, nous tenons à vous faire part de notre analyse de la situation.

Les levées des fonds d'investissement français ont crû de 35 % au premier semestre, à 10 milliards d'euros, selon France Invest.

Les particuliers deviennent le deuxième investisseur, derrière les fonds de fonds mais devant les assureurs.

Ils se sont rués sur le secteur, accroissant de 57 % leur allocation, à 1,66 milliard d'euros.

Les fonds français ont investi dans 1.167 entreprises au premier semestre, selon France Invest.  

L'industrie des fonds d'investissement tourne à plein régime. Et les particuliers en sont en partie responsables. Sur les six premiers mois de l'année, les gérants du private equity tricolore ont drainé quelque 10 milliards d'euros des investisseurs, un montant en progression de 35 % sur un an, selon France Invest.

Derrière les fonds de fonds, premiers investisseurs du secteur - avec 2,7 milliards d'euros investis, en hausse de 184 % sur un an -, les particuliers se sont taillé la part du lion. Les épargnants et « family offices », poussés par les taux bas, ont investi 1,66 milliard d'euros dans le non coté français, devant même les assureurs, les banques, le secteur public ou encore les industriels. Un montant en hausse de 57 % par comparaison au premier semestre 2020.

Le monde dans lequel nous vivons, nous paraît de plus en plus complexe et nous n’évoquons pas seulement la rapidité avec laquelle évolue l’économie. La plupart des générations vivantes n’ont pas connu de grandes catastrophes notamment les guerres et les famines ! C’était sans compter sur un risque non encore expérimenté sous l’ère moderne : une pandémie mondiale. Il paraissait impossible, au début de cette pandémie, d’anticiper les conséquences économiques mondiales et les répercussions sur nos patrimoines, avec un monde qui s’est arrêté durant plusieurs mois. Les épargnants sont restés en attente, peut-être avec des interrogations mais sans mouvement de panique ! Nous avons tenu à être présents et réactifs pour répondre à vos interrogations et augmenter vos participations dans les marchés financiers suite aux baisses sensibles qu’ils ont connues et les résultats sont bien là.

L’équipe CYRVAL est très heureuse de vous présenter l’agrandissement de ses locaux. Après ces quelques mois de travaux, vous pourrez apprécier ce nouvel espace qui double la surface actuelle. Nous continuerons de vous recevoir dans les meilleures conditions et serons ravis de vous accueillir pour une visite...

L'assurance-vie est une piste à privilégier pour transmettre un capital à ses proches dans des conditions fiscales très avantageuses. Les règles en vigueur sont complexes, car différentes réformes se sont superposées.

Combien faudra-t-il laisser à l'Etat lors d'une transmission via un contrat d'assurance-vie ? Lorsque le bénéficiaire est le conjoint ou partenaire de pacs (ou un frère ou une sœur du souscripteur, sous certaines conditions liées notamment à l'âge et à l'infirmité du bénéficiaire), le capital versé par l'assureur échappe à toute taxation , et ce quel que soit l'âge auquel le souscripteur a alimenté son contrat et le montant des capitaux recueillis. Pour les bénéficiaires autres que le conjoint ou partenaire de pacs survivant, l'exonération n'est, en revanche, que partielle.

Jusqu'à 152.500 euros par bénéficiaire, le capital versé échappe à toute taxation lorsqu'il correspond à des primes versées avant les 70 ans du souscripteur. Au-delà de 152.500 euros, il est soumis à une taxe spécifique : son taux est de 20 % jusqu'à 700.000 euros, puis de 31,25 %.

 

Lettre de conjoncture - Cyril Cabanel - Mars 2021

Enfin, l’année 2020 s’est terminée, non sans mal, d’une intensité rare à tous les niveaux. Nous nous interrogions il y a un an sur la portée de la Covid-19. Aussi rapide que des échanges commerciaux, le virus s’est installé progressivement à travers la planète. La pandémie aura bouleversé nos façons de vivre qui par la même occasion aura fortement impacté les marchés financiers. Pour autant, ceux-ci ont globalement limité la casse. En ayant perdu plus de 35% en quatre semaines aux alentours du mois d’avril, la Bourse de Paris finira par limiter les dégâts (-7,14%) sur l’année 2020. Ce scénario nous a permis de prendre position lors du premier confinement sur des actifs plus « risqués » en misant sur un rebond des marchés, à condition de respecter un horizon d’investissement. Jamais nous n’aurions imaginé que le rebond serait aussi brutal et rapide. De la même manière, les arbitrages de vos contrats, effectués sur le trimestre mars-avril-mai, ont progressés en moyenne de + 25%.

Avec environ 546 milliards d'euros sous gestion à fin décembre 2019 et une multiplication des initiatives de place et réglementaires, l'Investissement Socialement Responsable a désormais définitivement quitté sa niche pour s’installer dans le paysage financier de la gestion d’actifs. Pourtant, il peine encore à s’imposer auprès des particuliers et ce malgré́ une offre de plus en plus riche et variée, en raison principalement d’un défaut de pédagogie et de lisibilité́.

Lettre de conjoncture - Cyril Cabanel - Mars 2020

C’est une première dans l’histoire, un virus peut faire rentrer le monde en récession.

Peu de monde avait mesuré l’impact sanitaire et économique que cela aurait sur la planète. Plus vite le virus sera contenu et plus vite l’activité économique sera relancée. Notons que la Chine a eu la capacité de réduire la propagation par des mesures drastiques et qu’aujourd’hui, l’activité dans quasiment tous les secteurs est repartie de plus belle.

En ce qui concerne l’impact sur les marchés financiers, celui-ci est brutal, mais le rebond le sera tout autant. Le contexte de marché est tout autre aujourd’hui par rapport à la crise financière de 2008. Nous ne sommes en aucun cas face à une crise financière où le système financier était remis en cause dû à la faiblesse de l’économie. Au contraire, les économies sont aujourd’hui robustes notamment aux Etats Unis mais également en zone Euro.